Afficher tous nos articles

Volaille - Marché

Devenir aviculteur? C'est le moment de se lancer!

A l'heure de PA 2014-17, de nombreux agriculteurs se remettent en question par rapport à l'avenir de leur exploitation et sur les moyens de garantir un revenu pour leur famille sur le long terme.

Diversifier son activité dans l'aviculture est l'une des opportunités les plus intéressantes qui se présente actuellement aux agriculteurs, notamment en Suisse romande. En conservant les effectifs maximum pour pondeuses et poulets d'engraissement, ainsi qu'en renforçant légèrement les paiements directs SST/SRPA, la nouvelle politique agricole témoigne de sa volonté de soutenir la production de volaille en Suisse.

La mode à une nourriture régionale, saine et respectueuse des animaux
Rien d'étonnant à cela, surtout lorsque l'on constate la demande très importante en viande de poulet et en œufs de production suisse de la part des grands distributeurs qui répondent au souhait toujours plus fort du consommateur de retrouver dans son assiette des produits sains et locaux. Et les chiffres le prouvent : sur les dix dernières années, le cheptel de volaille en Suisse a fait un net bon en avant de 40% pour les poulets d'engraissement et de 12% pour les pondeuses. Si l'on compare avec les autres types de production animale tels que le porc ou les ruminants, c'est clairement LE secteur qui progresse le plus.

Investiguer pour préparer le terrain
La première étape avant de se lancer dans l'aviculture consiste à visiter d’autres exploitations afin de se faire une idée précise du type de production et de la charge de travail que cela représente. A ce stade, il est important de se faire accompagner dans sa réflexion par un spécialiste technique afin de pouvoir poser toutes les questions nécessaires et de se faire diriger vers les meilleures solutions en fonction de la situation de sa propre exploitation et de ses envies.

Volaille d'engraissement ou de ponte?
Avec l'augmentation du nombre d'habitants en Suisse et la demande très importante en viande blanche, le domaine du poulet offre certainement plus d'opportunités de marché. En effet, le taux d'auto-approvisionnement en Suisse ne correspond aujourd'hui qu'à 50% (alors qu'il est de 100% pour le porc). C'est de plus le domaine où le risque d'investissement est moindre, car on parle d'intégration. La charge de travail est proportionnellement moins importante que dans la production d’œufs, ce qui occasionne un revenu horaire élevé, mais par contre un gain global au final inférieur. Le domaine de la pondeuse comporte certes plus de risques mais se profile comme une activité plus indépendante (car non intégrée). Actuellement, les acheteurs d’œufs qui recherchent de plus en plus de grands producteurs, en particulier en Suisse romande. 

Voir grand
Alors qu'il y a 15 ans, les exploitations de pondeuses comptaient en moyenne 500 à 1'000 volatiles, aujourd'hui il est difficilement envisageable de partir sur des projets de moins de 12'000 poules (en dehors du bio dont l'effectif maximum est fixé à 2 x 2'000 poules par exploitation), ceci pour des questions de rentabilité et de demande du marché. C'est là que la Suisse romande est particulièrement intéressante du point de vue de ses importantes surfaces à disposition qui permettent plus facilement d'envisager de grands élevages en plein air et de régler le problème des fumures. Les investissements de base sont certes importants, mais le gain est maximal. On calcule l'amortissement d'une exploitation avicole de cette taille sur 10 ans pour les installations et sur 25 ans pour le bâtiment. Par contre il est généralement acquis qu'un revenu respectable peut être sorti dès la première année de production, à condition bien sûr que le projet soit correctement étudié et que le management des animaux soit parfaitement maîtrisé.

S'entourer de professionnels compétents
Par leur connaissance du marché et des zones à développer, les conseillers techniques des fabricants d'aliment sont les meilleurs partenaires pour aider les agriculteurs à se reconvertir dans l'aviculture. Leur expertise permet de n'oublier aucun paramètre et de se faire accompagner dans les diverses étapes du projet, en passant par l'enquête et la procédure de financement jusqu'à la négociation des contrats avec les distributeurs et autres partenaires, ceci afin de minimiser tous les risques et maximiser la rentabilité future de l'exploitation. 

 

 

Autres articles:

> Un aviculteur fier de son indépendance et de son commerce régional

> Inauguration d'une halle de 12'000 pondeuses

> Une "Poussinière" de 13'000 pondeuses

> Projet : 18'000 poulettes !

> Volaille: séjour professionnel sur les cimes de la Suisse

> L’oeuf suisse difficilement concurrencé



Mots-clefs: Volaille

Afficher tous nos articles

Mbaye
12 Apr 2016

Bonjour: je suis un jeune producteur sénégalais qui aimerait vous rencontrer.
Merci de bien vouloir agréés mes meilleurs salutation, en ce réjouissant de votre réponse

Ajouter un commentaire

CAPTCHA Image Reload Image

Rechercher
Articles les plus lus
Catégories
Tags